Ce qu’un citoyen ne doit pas garder pour lui…

J’avais tant entendu de mal sur le Front National que cela a éveillé en moi le besoin de me pencher sur le sujet. Alors, depuis plus d’un an j’ai cherché ce que l’on pouvait encore, objectivement et sans la moindre complaisance, reprocher au parti dirigé par Marine Le Pen. J’ai lu et écouté tout ce que j’ai pu. J’ai observé les maires FN, les élus du parti et je me suis fait ma libre opinion car il faut savoir penser par soi-même (cela s’apprend, pour qui voudrait) et je me suis rendu compte que tous ces gens, tous ces militants, tous ces sympathisants avaient en commun l’amour de la nation. Est-ce condamnable ? Bien sûr que non ! La majorité de ces gens ont un vécu et des parcours très intéressants et connaissent très bien le monde du travail, tel qu’il est, la dureté de la vie et les fins de mois difficiles. Ce sont des gens qui parlent en connaissance de cause et qui veulent faire bouger les lignes, faire en sorte que progressivement la vie de chacun s’améliore. Il y a aussi des gens hyper-diplômés, hyper-passionnés et hyper-passionnants qui travaillent sur des sujets pointus comme l’économie, l’écologie, la sûreté etc. Ce qui fait la force du Front National c’est que tous travaillent en commun et communiquent entre eux pour nos concitoyens. Bien sûr qu’il y a une hiérarchie, comme partout mais celle-ci n’est jamais fermée à la discussion, à la réflexion, bref au changement et avancées nouvelles, contrairement à tous les autres partis où le chef décide et les autres doivent « adapter leur travail et leurs communications » en fonction de ce que veut le roi. Alors je vous le dis, j’ai trouvé en regardant, en écoutant, en suivant le FN que ce dernier est très ouvert d’esprit et bien plus démocrate qu’ailleurs ! J’entends déjà certains m’insulter. En vérité peu m’importe. Il est si facile pour ces gens de jeter l’opprobre sur un parti, afin de rester entre amis, et de l’accuser de tous les maux. La critique n’est bonne que lorsqu’elle est juste et argumentée. Au début de la campagne présidentielle, et encore parfois, j’ai demandé aux députés ou ministres que je connaissais ou non pourquoi le #FrontNational est si dangereux selon eux ? Et vous savez quoi ? Aucun ne m’a répondu. Quels arguments pourraient-ils avancer ? Le racisme, la xénophobie ? Non, ils ne le peuvent pas car cela serait diffamatoire mais aussi la preuve qu’ils n’écoutent pas et ne lisent pas les programmes. Pire encore cela serait accuser les concitoyens votant #FN, et ils sont nombreux, des mêmes horreurs ! Cela est inacceptable. Alors je ne suis pas en train de dire que tout est beau, tout est rose car, comme partout, il y a des gens qui portent atteinte au FN par leurs expressions, leurs gestes ou actions. Est-ce propre au FN ? Non, évidemment que non. Il n’ait qu’à voir certains autres hauts représentants pour s’apercevoir qu’ils brillent en surface mais qu’en grattant un peu le masque hypocrite s’effrite et laisse apparaître la vraie nature de l’homme avec un grand H car je parle bien sûr tant des hommes que des femmes. Ah mais, me direz-vous, il y a les affaires ! Très bien, survolons le sujet. On entend régulièrement que le FN est suspecté d’avoir fait travailler pour son parti des attachés parlementaires. Une enquête est en cours et le Droit dira ce qu’il en est. Cependant, cela ne vaut-il que pour le FN ? Quid des autres partis ? Y a-t-il et doit-il y avoir deux poids deux mesures ? Non, il ne doit pas y avoir de différence de traitement. L’histoire politique est bourrée de faits de ce genre depuis toujours et partout. Je suis comme vous et à moins que vous ne croquiez dans la pomme juteuse des finances publiques je suis sûr que vous êtes d’accord avec moi. Rappelons que Marine Le Pen a demandé à être entendue sur les faits reprochés il y a près de deux ans et que sa convocation n’est arrivée qu’en période électorale ! La dirigeante du Front National a fait valoir son droit à l’immunité pour la durée des deux périodes électorales successives et a prévenu qu’elle irait chez le Juge pour s’expliquer. Vous en connaissez beaucoup des personnes qui réclament à rencontrer le Juge ? Moi non. On me dira, bien sûr, que ce n’est pas la seule affaire et que d’autres ont été inquiétés. C’est vrai. Quand je pense au candidat qui lavait plus blanc que blanc en jurant que sa morale l’empêcherait d’être candidat à la présidence de la république s’il devait être mis en examen…là, j’ai la nausée! Grâce à lui et tous les fayots, pardon les hypocrites, heu…non, encore pardon, tous ceux qui se voyaient déjà sbires du chef et qui retournèrent leur veste plusieurs fois de suite il est arrivé ce qui était prévisible par tous sauf pour eux : l’implosion de leur parti et chacun tentant de sauver sa peau, son poste, sa respectabilité, aura rallié celui qui savait que la mèche était allumée ; monsieur #Macron. Quelle jouissance il a dû avoir à ce moment-là ! Comme dirait Jean-Luc Mélenchon « attendez les gens, c’est pas fini ». En effet, on tape sur le Front National mais il me fallait rappeler qu’à droite ce n’est pas mieux. Par esprit d’équité laissez-moi continuer. Pivotez sur vous-même et regardez dans le rétroviseur. Que voyez-vous ? Rien ? Moi j’y vois un gouvernement de gauche hollandiste et je me rappelle, je revois, j’entends de nouveau un ministre blanc comme neige et incorruptible déclarer, en audition l’assemblée nationale, à Charles de #Courson (un homme sérieux) et jurer à ses pairs que jamais il n’a fraudé, qu’il n’avait pas de compte à l’étranger. Je ne vais pas plus loin, vous connaissez la suite et les doigts commencent à me faire mal… Et puis non, tant pis, je continue même si je dois y laisser une phalange ou deux. Je sais ça devient long et peut-être et même sûrement lassant de me lire mais j’ai bientôt fini de râler. Ensuite, promis, je me tais jusqu’à la prochaine fois. Alors voyons…j’ai trouvé qu’on portait gravement atteinte au Front National de façon gratuite et j’ai cherché à savoir pourquoi. N’ayant reçu aucune réponse j’en déduis que les attaques sont gratuites et surtout destinées à détourner l’attention des concitoyens sur ce que font les autres bien-pensants. Je ne suppose pas, j’accuse ! Alors comme un boxeur j’ai placé ma droite puis ma gauche dans le visage politique. Dernier coup avant le K.O, l’uppercut sera forcément pour le « #centre » de monsieur Macron. Sa volonté de faire de la politique autrement était louable. Ah ce que la France promise devrait être belle ! Sauf que si certains dorment encore, bercés de belles paroles, j’attends les faits. En ce moment nous viennent déjà les premières observations de ce que sera sans doute la France du centre voulu par le locataire de l’#Elysée. Euh…que disait-il ? Ah oui, un monde meilleur pour tous, une république irréprochable et des élus bien sous tous rapports. Bref, une France merveilleuse. Le #président a su faire ce que personne n’était vraiment parvenu à faire : réunir tous les anciens hypocrites oubliés et les actuels en les mélangeant à une jeunesse qui a, j’en suis sûr, l’envie et l’espoir de croire qu’elle sera celle qui fera le « retour de la France » au premier plan mondial. On a tous été jeunes et je comprends et respecte l’enthousiasme de ces jeunes élus. Ça c’est dit. En revanche trouver le soutien de tous ou presque il fallait le faire et le président Macron l’a fait. Laisser penser à certains qu’ils ont une carte à jouer à ses côtés, de Nicole Notat à Bruno Le Maire en passant par Robert Hue il fallait oser ! La magie de la prestance et de l’art de parler à tous, de rien, et de leur faire croire qu’ils sont indispensables, c’est du grand art. Je dis bravo. Ni Garcimore ni Majax n’auraient pas fait mieux. Bref, comment faire du neuf avec du vieux ? La recette est audacieuse mais le goût promet d’être amer. Evidemment celui qui est toujours à la recherche d’une couverture bien chaude était là tout au long de la campagne pour jouer du pipeau lorsqu’il ne parlait pas à l’oreille de son cheval. Je veux parler du séduisant, du beau, du grand François Bayrou. Vraiment, que serait la France sans lui ? Alors bien sûr l’éternel candidat, par peur d’être oublié de tous, est venu mettre son grain de sel dans la campagne qui battait son plein. Le mystère #Bayrou était grand…serait-il candidat à la présidentielle ? Bien sûr que non, cela lui était impossible et l’avait d’ailleurs laissé échapper lors d’une interview face caméra. S’en souvenait-il lorsqu’il fit croire qu’il pourrait être le trouble-fête en se présentant ? Mais, bon comme le bon pain, cet homme généreux s’est juste dévoué, en bon professeur, proposant au candidat Macron de le soutenir. Et allez hop, un de plus dans l’escarcelle Macron. Bienheureux cet homme qui tentait de survivre aux yeux du peuple depuis si longtemps en navigant de droite à gauche car, cette fois ça y était, il faisait son grand retour et pas n’importe comment : par la grande porte et avec un beau portefeuille, celui de garde des sots, pardon de garde des sceaux. Ben alors monsieur Macron ? qu’es aquo ? Vous deviez mettre en place un #gouvernement irréprochable, non ? Pourtant, même si les faits ne sont pas encore jugés votre #ministre de la #Justice est inquiété pour diffamation, non ? Allons-allons, ce n’est pas sérieux président. En plus ce gentil monsieur se permet d’appeler la rédaction d’un journal pour râler à propos de l’affaire qui le concerne avec une petite pression… Je me trompe ou là il y a une erreur de casting ? Etre Juge et partie cela ne serait pas possible pour le quidam. C’est là que je décroche mon uppercut ! Dehors monsieur Bayrou, l’air de Paris ne vous convient pas. C’est pire que lorsque vous êtes à Pau ! En plus vous êtes venu en famille, avec madame De Sarnez qui, sauf erreur serait aussi dans l’œil de la Justice, celle-là même que vous dirigez et vous devant de garantir l’indépendance des Juges. Bravo !

Monsieur le président votre nouvel ami est devenu gênant, comme un caillou dans la chaussure. Aux grands maux les grands remèdes. Allez, sortez votre ordonnancier et prescrivez donc la mise à la retraite du ministre et, sans vouloir vous commander, profitez de l’occasion pour donner un traitement de choc pour soigner sa moralité à monsieur Ferrand. Mais suis-je bête, j’allais oublier deux dernières suggestions d’importance : méfiez-vous du petit aux dents longues et introduisez la proportionnelle réelle dans les législatives, dès maintenant, pas quand vous aurez fini votre mission au service des grands de ce monde, cela serait une belle preuve d’ouverture d’esprit et un signe positif en faveur de la démocratie. Au nom de toutes celles et ceux comme moi, et qui pourront faire tourner cette libre expression, je vous en remercie. Si mon texte a dérangé quelqu’un…ben tant pis. Je n’ai jamais forcé qui que ce soit à me lire.

Jean-François SOYEZ, Wattrelos le 14 juin 2017.

Osez la différence. Osez vous affirmer!

Cela fait très longtemps maintenant que j’écoute et j’entends des adjoints de Dominique Baert se plaindre de ce dernier. Parmi eux de nombreux coéquipiers de la première heure du règne de Dominique Baert.

Plus les années passent plus l’édile de #Wattrelos met la pression à ses « amis » et se conduit, me dit-on, en maître absolu ou encore en dictateur. Entendez par là que ce que le #Maire veut doit être fait par les équipes sans mots dire et surtout sans s’y opposer. La démocratie à Wattrelos a besoin d’un bon lifting et d’un élu non seulement respectueux de ses adjoints, mais de tout le #conseil #Municipal et de tous ses #concitoyens.
J’ai la conviction que monsieur le maire est allé trop loin, beaucoup trop loin et qu’il l’a enfin compris. La sagesse voudrait qu’aujourd’hui il passe la main tant pour le mandat de #Député que celui de maire. Bien sûr vous me direz que pour la députation c’est fait, et vous aurez raison. C’est fait, mais dans quelles conditions ? De sa loge le maire a décidé d’installer madame Osson en digne successeur de lui-même. Bonjour le renouveau ! De plus, tout a été préparé dans le dos des adjoints wattrelosiens ou plutôt dans le dos de la plupart d’entre eux. Catherine Osson, elle-même, déclare que cela s’est fait en petit groupe. Ce petit groupe a été le témoin du secret de Dominique Baert; à savoir qu’il avait décidé de ne pas repartir pour les législatives. Toujours de la candidate on apprend qu’il (ce petit groupe) aurait réfléchi et qu’elle (Mme Osson) a été considérée comme la candidate idéale. Idéale ? Supposons… Mais alors pourquoi des bisbilles au cœur même de la majorité municipale ? Des problèmes d’égos ? Peut-être un peu mais je pense surtout qu’il s’agit enfin du réveil des soumis du conseil. En son sein le conseil municipal compte bien des élus qui ont les connaissances et la pratique qui leur permettaient de prétendre enfin à prendre la relève du Député sortant. Les tractations entre l’édile et la candidate ont peut-être été faites à l’occasion d’un corps à corps « musclé » et comme ce que femme veut… Bref, les élus cocufiés ont bien eu raison de se révolter, même tardivement et même si on les sent angoissés par leur avenir au sein du conseil municipal de Wattrelos… Bref, pour les législatives il semblerait que les dés soient jetés et que le Député sortant aura toujours son entrée au parlement et continuera sans doute à y travailler en étant la plume, si ce n’est l’attaché parlementaire, de sa chouchoute. Cependant, le second tour des #législatives n’a pas encore eu lieu et je compte sur les Wattrelosiens pour se questionner sur la conduite de la démocratie locale. Les Roubaisiens sont invités à la même réflexion. Et si, pour une fois, l’establishment été bousculé ? J’entends par-là « et si les électeurs manifestaient leur déception, leur dégoût pour cette façon de gouverner » en votant pour l’opposition ? Oui, j’ose le dire, il me semblerait sain et utile de donner la chance à une candidate sérieuse, proche des gens et des problèmes qu’ils rencontrent et qui saura se servir de ce que ses expériences professionnelles et personnelles lui auront appris pour servir à la fois les intérêts de la #nation et ceux de la #circo5908. La candidate Astrid LEPLAT​ n’a pas été, même si le terme n’est pas vraiment approprié, parachutée par le fait d’un ami qui lui voulait du bien. Non, Astrid Leplat est candidate parce qu’elle ne veut pas rester inactive devant une #France qui recule, des #français qui souffrent, du toujours plus d’argent pour les mieux lotis et toujours moins de revenus pour les plus #modestes. Etre attentive aux projets de #lois du #gouvernement Macron, les amender, les voter ou non en tenant compte de l’intérêt pour la France et nos #concitoyens et en particulier ceux qui n’ont plus de voix pour crier à l’injustice et plus la force de croire qu’un vote peu changer les choses… A ces personnes qui ne croient plus en la politique, à celles et ceux qui s’abstiennent, aux gens qui se plaignent sans aller voter, je veux leur dire que je les comprends mais je veux surtout leur dire que s’ils ne votent pas pour Astrid Leplat ils contribueront encore pour longtemps à s’autoflageller et que leurs plaintes seront purement et simplement balayées par la puissance du nouveau chef de l’Etat qui n’a que faire des « petites gens ». Alors, 5 ans encore on entendra les mêmes plaintes, plus puissantes encore que sous l’ère de François Hollande​, on nous n’aura plus que deux grandes classes sociales ; les #riches et les #pauvres… La classe moyenne disparaîtra et à moins d’une véritable révolution, dont je ne crois plus les français capables, il y aura au moins deux industries qui se porteront bien : la fabrication des gels de dilatation et celle des mouchoirs jetables en espérant qu’ils soient encore fabriqués en France.

Le 18 juin ne restez pas chez vous, allez voter. Ne votez pas pour une étiquette politique, votez en conscience en vous posant cette simple question : « Ai-je encore envie de subir davantage, de gagner moins et de souffrir plus ? ». Si vous répondez non à cette question alors vous ferez gagner la seule candidate qui s’inquiète pour vous : Astrid Leplat.

Un avis simple sur une politique compliquée et les 7e & 8e circonscriptions du nord. De bas en haut, retournons la puissance politique.

« Peu importe qui l’on soit et d’où l’on est…c’est la #lucidité qui doit guider nos pas »

Nous avons notre propre « lucidité » et pouvons avoir des avis différents mais #voter les yeux fermés, je dis non !

Depuis longtemps maintenant je suis un #témoin de la vie #citoyenne et parfois même un témoin privilégié de la vie #politique à tous les échelons. J’ai compris que ce n’est pas une #étiquette qui doit faire la politique mais la #conviction profonde et la #sincérité de nos #élus et #candidats. C’est pour cela que vous pouvez me voir soutenir des #personnalités différentes. On doit penser, proposer, #voter, s’opposer avec ses tripes même si cela va à l’encontre de ce que décide le chef de #parti. Quand on m’impose un ordre qui n’est pas en accord avec mon for intérieur d’abord je le dis et si une discussion n’est pas possible, je pars, c’est aussi simple que cela. Un ami a dit que je suis un ingérable…depuis je ne suis plus son ami mais pour moi il reste mon ami car il faut toujours faire la part des choses et ne jamais confondre réellement l’Homme et le politique qui cohabitent dans le même corps.

Les différents grands élus, de #droite ou de #gauche, partis avec Emmanuel Macron l’ont fait car ils ont vu s’effondrer leur mouvement sur lui-même et ont voulu sauver leur peau. Ce n’est pas de courage dont il s’agit mais d’égo. La vie est ainsi faite que vous trouverez toujours des êtres humains complétement différents et c’est heureux. Les différences de chacun doivent devenir les fondations d’une politique nouvelle et fondatrices d’un nouveau mode d’expression démocratique. Tout est à repenser, ensemble. Un millefeuille politique n’est plus supportable, nous nous y perdons tous. Tout est à refaire et la priorité doit permettre une meilleure lisibilité de la politique française et européenne si d’aventure nous devions rester soumis à cette dernière.

Puisque j’ai la parole, souffrez que je la garde encore un instant pour parler local. Je souhaite dire deux choses à propos des élections législatives des #circo5908 et #circo5907.

D’abord, force est de constater qu’ici comme ailleurs c’est l’abstention le premier gagnant du premier tour. Hélas, mille fois hélas. A force dire tout et son contraire, de faire une politique pour une certaine catégorie d’électeurs, de faire de la langue de bois, de rendre tout simplement la politique illisible, incompréhensible, on détourne de plus en plus d’électeurs. Les politiciens ont à prendre leurs responsabilités et s’efforcer à, enfin, être plus clairs et plus simples dans leurs propos. Généralement on écoute une personnalité politique parler et si on se pose la question, quelques minutes après le discours, de « qu’ai-je retenu de cela ? » la réponse sera trop souvent rien ou très peu de choses. Cela doit changer. Les électeurs ont, eux-aussi, une part de responsabilité dans le désordre qui règne car s’ils se donner la peine de penser par eux-mêmes ils voteraient mieux pour défendre leurs opinions profondes. Se dire que « ce n’est pas ma voix qui changera les choses » est une erreur aux fortes conséquences. J’ajoute que l’on a le droit de se plaindre, de râler mais que s’abstenir de voter ne réglera pas les difficultés individuelles et collectives. Voter en conscience est donc une priorité.

Il y a aussi une forme terrible d’antidémocrate de la part des représentants de la république. Comment, en 2017, peut-on encore dire qu’un parti politique n’est pas fréquentable ? Vous me voyez venir, je veux parler du #FrontNational qui se fait rabrouer constamment par les médias et les bien-pensants. Affoler ou mépriser les électeurs du Front National en « jouant » sur des peurs qui n’ont pas ou plus de raisons d’être ne grandira jamais ces pseudos démocrates car, encore une fois, un parti dangereux devrait être dissous et le #FN est là depuis 40 ans. Tous les partis, même les plus petits ont le droit d’être entendus et vus. Nous avons le droit de critiquer mais sachons raison garder et ne pas céder à la facilité en reportant tous les malheurs sur l’un ou l’autres des partis légalement constitués.

J’en viens maintenant aux seconds tours des législatives dans les 7ème et 8ème #circonscriptions du #nord.

Dans la circo5908 madame Osson est arrivée première devant madame Astrid Leplat en jouant l’étiquette LREM alors même dit-elle qu’elle est #PS. Madame à le sens de l’humour là-dessus mais beaucoup moins lorsqu’il s’agit de répondre à une critique gentiment formulée. En effet, la prétendante à l’assemblée nationale use de la censure pour ne pas avoir à répondre à une légitime demande. Pire, elle se trompe volontairement en disant qu’un parti adverse utilise un tract distribué sur le territoire national alors même que celui-ci parlait de #Roubaix et #Wattrelos et donc de la huitième circonscription. Jusqu’à lors la honte n’avait ni nom ni visage. La dame choisie en petit comité comme étant la candidate idéale semble loin de ressembler au député sortant Dominique Baert avec qui je n’ai pas toujours été d’accord mais qui avait un comportement plus intelligent. Je referme ce sujet en invitant les électeurs à la méfiance, voire à la défiance vis-à-vis de la candidate de M. Macron et non du PS. Mehdi Massrour, aurait dû être le candidat PS mais c’était sans compter sur l’aveuglement des électeurs qui n’écoutent que les belles paroles en cachant la vérité sous un tapis de mensonges. Votez donc pour une femme issue de la vraie vie qui ne demande qu’à servir le peuple, madame Leplat.

Dans la 7ème circonscription l’illusion Macron a encore frappé. Quelle stupeur de lire que LREM arrive bien devant le #centriste Francis #Vercamer ! Monsieur Verspieren, candidat #LREM arrive loin devant le très apprécié député sortant et maire de la ville de Hem avec un score de 34,70% contre 25,56% pour le très actif et reconnu Francis Vercamer. Mais que se passe-t-il ? Sans vouloir lui manquer de respect qui se souvient encore de monsieur Verspieren ? Comment un homme apprécié de tous, qui à modifier l’ensemble de sa ville pour la rendre plus agréable, plus sûre, plus culturelle, et qui a toujours pris soin des deniers publics et des concitoyens français dans l’exercice de ses mandats de député peut-il subir une pareille claque ? Allons citoyens ouvrez les yeux ! A l’instar des gens du Front National le Député sortant est resté fidèle à son courant politique et n’a pas retourné sa veste pour faire plaisir à M. Macron. Si avec Francis Vercamer j’ai eu un désaccord fort en 2012 au point, cette année-là, de souhaiter sa défaite et même si dans l’épisode présidentiel je n’ai pas admis son absurde ralliement à M. Fillon je me dois d’être honnête et de reconnaître que l’homme politique est travailleur et efficace en plus d’être courageux. Je ne fais pas dans la brosse à reluire, je m’exprime librement. L’homme Vercamer est quelqu’un de passionnant, posé, toujours en forme et sa bonhommie est légendaire. Le seul défaut que je connaisse à l’homme est de ne pas toujours voir qui lui veut du bien et d’ignorer, comme d’autres, que l’amitié c’est aussi savoir tenir compte de l’avis, même contraire, de celui qui s’exprime. Dans la 7ème circonscription l’erreur serait de faire confiance à LREM en votant contre le député qui n’a pas souhaité rejoindre le « mouvement présidentiel » des aficionados Macronistes. Assumer ses positions et ses valeurs est tout à l’honneur de monsieur Vercamer. Qu’on se le dise. Rejeter le député sortant serait une grave erreur car le candidat UDI a toujours était très actif et en particulier sur les problématiques de l’emploi et du social. Mais peut-être ne voulons-nous pas de quelqu’un qui place l’humain et l’intérêt de chacun avant toute considération purement politico-financière ?

Certains apprécieront mon appel à la résistance et d’autres tenteront de me faire taire. Peu m’importe j’assume mes défauts et ma position d’électron libre et même d’ingérable. A mes détracteurs j’adresse mes remerciements pour avoir eu la patience de me lire. A mes amis j’adresse ma reconnaissance et mon soutien et je ne doute pas de la réciprocité du respect qui nous unis même lors de débats agités.

Jean-François SOYEZ, Wattrelos le 12 juin 2017.