L’épouse de Gérard Vignoble envisage de demander des comptes à la mairie

Le Waskalibre

justice-1024x681

Voici le communiqué de Presse transmis par la compagne de l’ancien Maire de Wasquehal :

Relaxée par la cour d’appel de DOUAI, Myriam DEWULF envisage de demander des comptes à la mairie de WASQUEHAL.
Les faits qui lui étaient reprochés étaient présentés par la commune comme constituant des détournements de fonds publics, commis à son détriment. Ils ont en outre justifié une « mise au placard » durant près de quatre ans qui a lourdement impacté son état de santé et lui a causé un important préjudice moral et financier. Son avocat, Maître Damien LEGRAND, indique étudier l’opportunité d’une mise en cause de la mairie de WASQUEHAL, sa cliente ayant été selon lui « scandaleusement traitée, en dehors de tout cadre légal, au mépris de la présomption d’innocence, et alors même que de très nombreux autres agents de la commune, qui n’ont fait l’objet d’aucune mesure de rétorsion professionnelle, étaient…

View original post 87 mots de plus

L’hôpital public : Quand c’est le personnel qui souffre…

Nous avons, en #France, l’un des systèmes de soins les plus performants du monde

L’hôpital public Français s’occupe de tout le monde

Cependant, l’hôpital public est en souffrance

Dans les services techniques comme dans les services de soins, le #burnout guette chaque agent.

Comment un service informatique peut résoudre les nombreux problèmes de matériels lorsque seuls deux agents sont disponibles pour l’ensemble d’un centre hospitalier éclaté sur toute une ville, comme à #Roubaix ?

Comment les #soignants et #ASH peuvent ils faire face?

Une de mes amies travaille dans un service où (comme dans les autres services, que je connais bien également) chaque aide-soignant a en charge entre 8 et 10 personnes qu’il faut laver, habiller, lever, nourrir, installer au fauteuil, changer le lit, ranger et nettoyer la chambre, préparer les repas, les cafés etc. tout en faisant face aux nombreuses urgences qui se posent à eux ! Le travail des #médecins et #infirmières n’est pas plus facile…

Ces femmes et ces hommes, je parle des ASH, aides-soignants, infirmières, médecins -mais cela s’applique aussi aux personnel administratif comme à ceux des services techniques- pour l’ensemble très dévoués et soucieux de mener à bien leurs missions au service de la #population se plient en quatre, en huit même… Ils travaillent toujours plus, de plus en plus vite, de plus en plus souvent. Ils sont appelés chez eux pour remplacer un collègue absent. Les jours de congé sont imposés dans une période comprise entre juin et septembre, sauf pour les cadres qui peuvent les prendre comme bon leur semble ; équité ? Leur état de santé physique et psychique prend un coup, leur vie de famille aussi. En vogue en ce moment, le reclassement au balai ; comme si le métier d’#ASH était un métier moins pénible que celui d’aide-#soignant, d’infirmière, de médecin ! Leur abnégation les mène tout droit vers la dépression, le point de rupture. Leur état physique se dégrade également. Comment ne pas comprendre ce taux d’#absentéisme flambant jusqu’30% dans certains services ? Je comprends l’épuisement, je l’ai expérimenté bien malgré moi. Il est urgent de ne plus attendre pour améliorer le système !

Que faire, qu’est-il prévu pour améliorer les conditions de vie au travail pour les #hospitaliers ? La toute prochaine cérémonie des vœux nous le dira-t-elle ? Que nenni ! « Tout va bien à l’hôpital » nous assure-t-on. Ben voyons…bref, circulez il n’y a rien à voir.

Il n’y a pas de réussite sans collaborateurs efficaces et qui se sentent bien dans leur métier, qui se sentent reconnus également. Mais, là-haut, savent-ils ce qu’est la reconnaissance ? Comment rendre nos collègues plus efficaces, heureux au travail ? Y-ont-ils songé ces bienpensants ? Permettez-moi d’en douter. Il faut faire du remplissage de lits, faire des actes, beaucoup d’actes pour faire rentrer de l’argent dans l’#hôpital. Même si les patients sont bien soignés, nous devons être lucides, l’hôpital courre après l’argent. Admettre un #patient, faire des actes et le faire sortir le plus vite possible pour en accueillir un autre, voilà comment je résume brièvement la #politique #hospitalière depuis de nombreuses années déjà.

Comment résoudre ces problèmes de #burnout?

Évidemment je connais la réponse qui me serait faite : « Nous n’avons pas le budget ». Ok, j’entends bien. Pourtant, pour les travaux absurdes, les coups de com’, les #réunionites aigues qui font perdre du temps et de l’argent, cela ne vous dérange pas… On frôle parfois la mise en danger des patients et celle des personnels qui sont au bout du rouleau ; certains se suicident, d’autres n’ont plus que l’arrêt #maladie pour échapper au pire. Ce n’est pas une vue de l’esprit, c’est un constat ! Je réitère donc l’idée suggérée voici déjà bien longtemps de rééquilibrer les forces humaines des services hospitaliers. Comment faire ? Proposer, dans les services qui pourraient être en « #sureffectif », une mutation d’agents vers d’autres services, sur la base du volontariat et d’un encouragement financier mensuel. Il y a moyen de consolider les équipes, mais de toute façon l’embauche de #collègues sur des postes pérennes est devenue indispensable. La réduction des arrêts maladies et des coûts générés par ceux-ci passera par là. A tout bien calculer, la vie des gens soignées et celle de nos collègues ne méritent-t-elles pas d’exiger, et non d’espérer, des moyens financiers supplémentaires ?

Je termine volontairement cet article ici car de nombreuses choses sont également à traiter, comme l’organisation des services qui fait perdre un temps fou aux #fonctionnaires tant les différences d’un service à un autre -ayant les mêmes missions- peuvent être différentes…

Jean-François SOYEZ

Un fonctionnaire qui ose dire à ses cadres et directeurs les dysfonctionnements (ou pire) est un fonctionnaire en danger. Je paie cher mon courage et mon dévouement pour nos patients. C’est dur, mais c’est ainsi.

M’éloigner de mes fonctions en me mettant en congé longue maladie, il fallait y penser… Attention, je suis suffisamment fort d’esprit pour déstabiliser tout un système. Je reste informé des bonnes et mauvaises pratiques, qu’on se le dise.

À suivre avec attention, l’évolution de notre fabuleux système de soins qu’est l’hôpital public.

[i] http://www.who.int/whr/2000/media_centre/press_release/fr/

[ii] « L’hôpital public est unique. Il soigne, accueille tout le monde, et prend en charge toutes les pathologies, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Il ne se contente pas de soigner, il forme, il fait de la recherche. Bref, il est normal qu’à ce grand service public corresponde un financement particulier, mais aussi une reconnaissance particulière. » Interview de Marisol Touraine à libération.fr Source : http://www.liberation.fr/societe/2012/06/27/l-hopital-public-est-le-seul-a-etre-present-sur-tous-les-fronts_829638

[iii] http://www.leparisien.fr/flash-actualite-sante/sondage-les-francais-inquiets-pour-l-avenir-de-l-hopital-public-13-05-2015-4767717.php

[iv] http://www.slate.fr/story/102029/hopital-public-burn-out

[v] Agents des Services Hospitaliers

[vi] http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=epuisement_professionnel_pm

Les #élections #régionales #2015 ont un goût de déjà vu…

Les #élections #régionales #2015 ont un goût de déjà vu…

Certes c’était une élection présidentielle mais le fonds et identique. C’était en avril 2002. La gauche était en passe d’emporter la #Présidence de la #République #Française avec Lionel Jospin face au challenger Jacques #Chirac. La #campagne allait bon train, le #suspens était à son comble ce soir du premier tour. À 20H les #résultats arrivaient : #RPR #FN-#PS… Coup de massue sur la tête des #français : Pour la première fois le #Front #National représenté par Jean-Marie Le Pen était en capacité d’emporter l’#élection #suprême… Le #candidat de #gauche, Lionel Jospin, était éliminé dès le 1er #tour ; premier #choc pour les #citoyens de gauche. Ce soir du 21 #avril #2002, fut vécu comme un #séisme #politique. Dans la foulée et sans doute de façon précipitée, le candidat à la #rose se sentant « responsable » annonçait se retirer définitivement de la #vie politique au lendemain du second tour présidentiel…
Une campagne d’entre deux tour s’organisait alors pour faire barrage au Front National : Le Front #Républicain naissait. Durant une semaine les #médias relayaient les discours de droite et de gauche appelant à #voter pour le Président sortant, Jacques #Chirac. On se souviendra de ces défilés anti Le #Pen dans toutes les grandes villes de France.
Aujourd’hui, les élections régionales se sont jouées sur la même trame : La peur du #FN.
Il convient de se poser une question gênante : « Et la #démocratie dans tout cela ? » Les partisans du FN « #victimisés » se sentent délaissés, #incompris, considérés comme des #citoyens relégués au rang de #fachos.
Il faudra, à l’avenir, des #programmes politiques plus clairs et des #candidats qui ne jouent pas sur les #peurs et la #démagogie à tout-va pour éloigner le Front National et redonner à chaque # citoyen #français la #confiance en l’#avenir et en…la #parole politique !
Ce soir, personne ne gagne véritablement… Ces dernières élections avant les présidentielles de 2017 sonnent comme un dernier #avertissement adressé à la classe politique française et à chacun de nous.

©Jean-François Soyez
13 décembre 2015.

Téléchargerle texte au format PDF

Vous avez la parole.

Vous avez la parole.


Faites vous partie de ces gens qui subissent et se plaignent en silence, ou de ceux, comme moi, qui s’indignent et le disent haut et fort? Peu importe, en fait. Vous avez le droit à la parole et la pleine liberté de vous taire ou de parler…

J’ai fait le choix de parler parce que dans ce monde où tout va trop vite, on en oublie le principal: l’humain. Où sont ces bon-sens, ces valeurs, l’équité, l’égalité, la fraternité et pire, les libertés? La France a l’audace de s’ériger, souvent, en donneur de leçons, en modèle d’une société où tout va bien, où il fait bon vivre  etc.

C’est parce que j’aime mon pays, les gens qui y vivent, que je m’engage en qualité de citoyen engagé dans une forme de critique constructive permettant de mettre en exergue les points faibles mais aussi les points forts de notre République. Ce qui m’intéresse? Participer au changement pour que, vous et moi, puissions mieux vivre. Pour que vos enfants et petits enfants aient le droit de vivre dans une société où la vie serait moins stressante, moins compliquée. Suis-je utopique? Peut-être, mais que voulez-vous, on ne se refait pas.

Ce blog et le vôtre, le nôtre. Faisons-en un lieu de rencontre pour tous. Un lieu où la parole ne sera pas censurée si elle ne porte pas atteinte à une personne physique ou morale. Chacun reste propriétaire et donc responsable de ses écrits. Au fils des pages nous aurons donc un nombre non exhaustif de sujets sur lesquels réfléchir apporter des avis mais aussi  – et c’est le plus important – apporter des pistes d’améliorations que nous porterons, comme je l’ai fait par ailleurs, des avant-projets de lois.

N’oubliez pas, n’oublions pas, la République c’est vous, c’est nous!

A vos claviers!

Jean-François SOYEZ